Remove Section

L’ère de l’homme bionique

                      

Article publié sur Allnews - 21/06/2019   

By Salima Barragan

 

Selon Katherine Taglieri d'AtonRâ, le marché de la médecine bionique pèse 130 milliards de dollars.

Exosquelettes, yeux et oreilles bioniques: l’ère de l’homme augmenté a sonné. La médecine bionique, fusion entre la biologie, l’électronique et la mécanique, est en plein essor. «L’homme qui valait 3 milliards», la série télévisée des années 1970, relève-t-elle encore de la fiction? Pour l’instant, la bionique n’est pas destinée aux superhéros, mais elle vise à restaurer ou améliorer les fonctions de l'organisme des patients. Selon AtonRâ, elle s’adresse à un marché de 130 milliards de dollars. Le point sur les organes artificiels avec Katherine Taglieri, ingénieure biomédical.

En 2013, Bertolt Meyer avait démontré avec Franck, son prototype d’homme bionique, que 60 à 70% des fonctionnalités du corps humain pouvaient être exécutées artificiellement. Six ans plus tard, certains organes (comme le système digestif, le foie et le cerveau) n’ont toujours pas été reproduits et d’autres, déjà commercialisés comme les yeux bioniques, ne sont pas encore au point. «La vision est en noir et blanc et la résolution est très basse; l’on ne distingue que les gros objets», nous prévient Katherine Taglieri.

 

...lire la suite de l'article sur Allnews

 

Cliquez ici pour en savoir plus sur la thématique d'investissement "Bionics".

 

Remove Section

 

Tellco AG and AtonRâ Partners SA in cooperation with 1741 Fund Solutions AG launch Best Idea AtonRâ, a new sub-fund of ​Tellco Classic leveraging on AtonRâ Partners expertise in listed companies exposed to technology and innovation.

 

 

           

 

 

 

December 12, 2018

 

Geneva – Schwyz: Geneva-based AtonRâ Partners SA (“AtonRâ”), a leading investment firm specialized in innovation and technology, Tellco AG (“Tellco”), the swiss pensions bank specialized in services to pension institutions, and 1741 Fund Solutions AG (“1741”), a fund management company specialized in the administration of Swiss investment funds, have launched Best Idea AtonRâ, a sub-fund of Tellco Classic (“Tellco Classic”). Tellco Classic is an umbrella fund under Swiss law of the “other funds for traditional investments“ type.

 

This collaboration relies on a core belief that the three companies share: deep knowledge in the industrial aspects of technology and innovation pave the way for outstanding investments, bringing both alpha and decorrelation to core, broad-markets equity portfolios.

 

Best Idea AtonRâ targets listed equities from mid- and large-cap companies of which expected growth is a multiple of global GDP growth thanks to innovations in the fields of technology, healthcare and energy

 

Tellco operates as the investment manager of Best Idea AtonRâ in addition to being the custodian of Tellco Classic. The company manages about SFR 7 billion on behalf of Swiss pension institutions and is regulated by FINMA. Since its establishment in 2002, Tellco has been synonymous with the highest quality standards in pension and financial services. It operates along the best standards of the industry.

 

AtonRâ advises Tellco for the investments of Best Idea AtonRâ. The company has been doing research in growth themes since 2004, with a paramount emphasis on working closely with scientists and engineers to understand the fundamentals of innovation and technology.

 

1741 acts as the management company of Tellco Classic and all of its sub-funds. The company, supervised by FINMA since its establishment in 1998, belongs to the 1741 Group, which is responsible for the administration of more than 70 investment funds domiciled in both Switzerland and Liechtenstein. With more than CHF 3.5 billion of assets under administration. 1741 Group and its subsidiaries are fully independent asset management companies providing various fund administration services for all types of collective investments schemes.

 

Stefano Rodella, founding partner and CEO of AtonRâ: “We’re very excited about this partnership with Tellco. It creates a great opportunity for pension institutions to tap into the investment opportunities which AtonRâ identifies, all wrapped into a sub-fund managed by a recognized institutional actor such as Tellco.”

 

Marco Quadri, CIO of Tellco: “We’re delighted to announce the launch of this new fund as part of Tellco’s Swiss fund platform. In this fund, we combine the best skills from the three parties involved to deliver a truly unique product, that matches the needs and requirements of both institutional and private investors.” 

 

Dr. Benedikt Czok, CEO of 1741: “The launch of this new fund marks the latest milestone for the partnership between Tellco and 1741. We are very proud to support Tellco and AtonRâ in creating such an innovative product and to provide independent administration services to the investors of this fund.”

 

Best Idea AtonRâ inception occurred on November 5th, 2018. The sub-fund of Tellco Classic is authorised by the Swiss Financial Market Authority (“FINMA”) and has two share classes, one for pension institutions (ISIN: CH0442770316; BBG: TCCBIAV SW) and one for private investors (ISIN: CH0442615701; BBG: TCCBIAR SW).

 

 

Full press release here  ***  Communiqué de presse ici *** Mitteilung hier ***  Cumunicato stampa qui

Remove Section

World Wide Web ou Wild Wild West? - 28/11/2018    

 

 

AtonRâ, asset manager, dont l’ADN se décline dans la technologie dans tous ses états, créera un certificat qui permettra d’investir dans la blockchain. Pourquoi ?

 

Selon IDC, les investissements dans la Blockchain seront “phénoménaux” dans les cinq prochaines années, avec une croissance de 73,2% par an pour atteindre 11,7 milliards de dollars en 2022. Le cabinet Gartner évalue de son côté à plus de 3000 milliards de dollars la valeur ajoutée créée par la Blockchain pour les entreprises par an d’ici à 2030.

Les chiffres sont vertigineux et rappellent ceux qui étaient publiés par ces deux experts à la fin du siècle passé lorsqu’il s’agissait d’analyser le Web. Alors sont-ils crédibles?

Pour répondre à la question il est nécessaire de remonter le temps. Au milieu des années 1990s, le Web 1.0 (World Wide Web) gagnait de la visibilité. Il ne s’agissait que de sites «statiques» qui étaient «connectés». L’esprit était présent mais l’infrastructure ne permettait pas l’expression de celui-ci.

                                 

Lire la suite de l'article sur Investir.ch

Remove Section

 

ATONRA PARTNERS AND TAURUS GROUP SA ANNOUNCE A STRATEGIC COLLABORATION IN THE ASSET MANAGEMENT AND RESEARCH OF DIGITAL ASSETS

       

November 12, 2018

 

Geneva – Zurich: Geneva-based AtonRâ Partners (“AtonRâ”), a leading investment advisor, specialized in innovation and technology, and Taurus Group SA (“Taurus“), a financial services company specialized in digital assets, announce a strategic collaboration in the area of asset management and research of digital assets.

 

This collaboration relies on three core beliefs that both companies share: i) the worlds of traditional financial and digital assets are converging; ii) digital assets already represent an emerging asset class yielding attractive risk-return opportunities to investors; iii) such opportunities only arise with a deep understanding of the investment universe including both investment as well as fundamental technology and blockchain expertise.

 

The collaboration between AtonRâ and Taurus will be initially materialized through the launch of an investment vehicle providing qualified investors with an actively managed and diversified exposure to digital assets. To do so, a joint investment committee including investment experts from AtonRâ as well as blockchain and security experts from Taurus was set-up. The vehicle will leverage on the institutional trading and secure hardware-based digital asset storage technology developed by Taurus. In addition, both companies pledge to regularly share insights and research on the investment theme, digitally or through targeted conferences.

 

Stefano Rodella, founding partner of AtonRâ Partners SA: “This partnership with Taurus marks a very important milestone towards the further institutionalization of the digital assets’ asset class by combining Taurus’s top-notch digital assets expertise with AtonRâ’s convictions in the areas of investments and technologies. Our customers would be offered with a best-in-class investment vehicle in the digital assets world and we are looking forward to the upcoming launch of this product together with Taurus 

 

Lamine Brahimi, founding member of Taurus Group SA: “We are extremely proud of this partnership with AtonRâ whose investment track record is impressive. I believe that the combination of both our companies’ skills and expertise in investment and blockchain is special. This will allow the investment teams build a diversified, conviction-based portfolio cutting through the hype to the benefits of clients and investors. This collaboration is also a strong signal that Geneva and the lemanic regions are becoming an important digital assets’ hub.”

 

Details related to the actively managed investment vehicle will be provided in the coming weeks. Other announcements will be made in due time.

 

Full press release here  ***  Communiqué de presse ici *** Mitteilung hier

Remove Section

Point d’inflexion des énergies renouvelables

                             

Article publié sur Allnews - 24/10/2018   

 

«L’homme doit s’adapter à son environnement», constate Stefano Rodella d'AtonRâ Partners.

By Salima Barragan

 

AtonRâ Partners, une société de gestion spécialisée dans la recherche primaire et industrielle, dont l’équipe compte également des ingénieurs, lance un neuvième certificat sur le thème des énergies renouvelables. Il s’ajoute à des paniers portant sur des thématiques d’avenir comme la fintech, la cyber sécurité, la robotique, l’intelligence artificielle ou la bionique. Résolument avant-gardiste, Stefano Rodella, son fondateur, estime que la finance a la capacité de construire un nouveau monde en contribuant au développement durable de notre planète.

 

L’ÉNERGIE: LE NERF DE LA GUERRE

 

C’est suite à une prise de conscience universelle de la problématique du changement climatique sur l’environnement et la société, que les énergies renouvelables arrivent à leur point d’inflexion. Face à ce constat, la société genevoise, qui étudie ce thème depuis trois ans, lance aujourd’hui un certificat «sustainable future» dont la génération d’électricité est le pivot central de sa stratégie. «L’ampleur des effets du changement climatique ouvre la porte à de nouveaux défis technologiques. Il y a quelques années, il aurait été prématuré d’investir sur ce secteur au cycle très long», commente Stefano Rodella.

 

La décennie à venir sera charnière
pour l’ensemble du secteur énergétique.

 

Ainsi, la décennie à venir sera charnière pour l’ensemble du secteur énergétique. Différentes formes d’énergie cohabiteront ensemble et le gaz et le pétrole perdront leur rôle de moteur. « Notre économie était basée sur l’énergie fossile mais nous avons assisté à une baisse constante des coûts de production et du prix de celles renouvelables, ainsi qu’une augmentation de l’efficience des panneaux solaires et de l’énergie éolienne. Ainsi, pour le consommateur final, elles deviennent de plus en plus intéressantes», explique Maad Osta, ingénieur en énergies renouvelables chez AtonRâ...

 

...lire la suite de l'article sur Allnews

 

Pour en savoir plus sur la thématique "Sustainable Future":

Remove Section

 

Article publié par The Investor - 07/11/2018   

 

Entretien avec Brice Mari (Portfolio Manager chez AtonRâ Partners) et Jean-Sylvain Perrig (Senior Advisor chez AtonRâ Partners)  à propos du récent recul des valeurs technologiques... 

 

The Investor: Avec quelques jours de recul que s’est-il passé à Wall Street sur les valeurs technologiques ? Quelles en sont les raisons ?

 

Brice Mari & Jean-Sylvain Perrig: Les marchés sont en effet nerveux depuis quelques semaines. Les baisses récentes n'ont pas épargné les valeurs de croissance qui, en général, sont plus volatiles que la moyenne (Beta élevé). C'est pourquoi les corrections peuvent paraître parfois impressionnantes. Cependant, dans l'ensemble, les performances demeurent supérieures à celles des grands indices. Cela s'explique par les excellents résultats enregistrés sur les derniers trimestres et les premiers résultats publiés pour le troisième trimestre semblent confirmer cette tendance.

Il y a plusieurs facteurs qui expliquent la baisse des marchés, certains d’entre eux ont un impact plus grand sur les valeurs de croissance et leur valorisation.

 

Désynchronisation 

 

Depuis le début de l’année, il y a une désynchronisation des cycles économiques : Les Etats-Unis ont accéléré tandis que la Chine, les pays émergents en général et l’Europe entamaient un ralentissement par rapport à une bonne année 2017. Ces dernières semaines, les signes de ralentissement se sont multipliés et cela même aux USA : la demande dans le secteur immobilier a fléchi et les ventes de voitures sont en recul, comme c’est le cas en Europe et en Chine. Le risque de récession mondiale est faible actuellement, malgré les craintes de guerre commerciale, car heureusement une contraction économique serait très négative pour les valeurs de croissance.

 

La FED effraie

 

La remontée des taux américains par la réserve fédérale inquiète de nombreux investisseurs, car cela signifie que la liquidité se resserre. Un ralentissement de l’économie mondiale avec une remontée des anticipations inflationnistes, conséquence notamment de la guerre commerciale, serait une évolution très défavorable. L’inflation impacte significativement les valorisations des valeurs de croissance, car ces sociétés opèrent en général dans des environnements ou les prix baissent constamment. Les anticipations inflationnistes sont faibles, toutefois il y a de la nervosité avec la crainte maintenant que la FED devienne trop restrictive, ce qui augmenterait encore la probabilité d’une récession.

 

Un exercice périlleux

 

Tous les yeux sont rivés sur la guerre commerciale entre Etats-Unis et la Chine qui s’est traduite par un ralentissement de la croissance économique chinoise et des premiers « profit warnings » de la part des sociétés américaines très exposées au géant asiatique. Cela arrive à un moment où les autorités chinoises tentent de réduire le levier dans leur économie et notamment l’influence de la finance parallèle (« shadow banking »). La Chine représente plus de 15% de l’économie mondiale et plus de 25% de la croissance : c’est un acteur incontournable au niveau global. Une récession dans l’Empire du Milieu aurait des répercussions mondiales.

 

Correction dans une tendance haussière

 

Dans un contexte anxiogène, il semble normal que les titres de croissance baissent de manière plus importante que le marché car, jusqu’à la fin du mois de septembre les performances étaient tout à fait exceptionnelles par rapport à l’ensemble des marchés actions. Les fondamentaux demeurent bons et soutiennent des évaluations plus élevées que la moyenne, maintenant et dans le futur. La correction prend place pendant la période de résultats, alors que les programmes de rachat d’actions sont suspendus le temps des publications.

 

A quoi faut-il désormais s’attendre ? En d’autres termes, quels sont les scénarios pour les valeurs technologiques ?

 

Au-delà de ces considérations macroéconomiques, les valeurs technologiques devraient continuer à bénéficier d’une tendance de fond extrêmement puissante avec le rôle croissant des fonctionnalités et équipements digitaux dans notre vie quotidienne. Ainsi, la technologie est sur le point de faire main basse sur de grandes industries traditionnelles telles que l’automobile (les véhicules électriques et autonomes intègrent beaucoup de contenu semiconducteur), les services bancaires et financiers (montée en puissance de la fintech), la distribution (le « smart retail » va révolutionner l’expérience de shopping en magasin en éliminant par exemple les caisses) et la santé (les appareils connectés tels que les « smart watches » seront des appareils de contrôle de notre santé en permanence).

La pénétration de ces quatre industries massives laisse espérer que la forte croissance de ces dernières années dans l’industrie technologique devrait perdurer, avec un rythme de croissance moyen des revenus que nous attendons entre 15 et 20% sur les années futures.

 

Où faut-il investir dans la tech: a) dans quels sous-secteurs et pourquoi, b)  dans quelles valeurs et pourquoi/quelles sont les nouvelles opportunités?

 

A court terme, nous pensons que les secteurs du paiement mobile et de la fintech offrent le plus de potentiel. Initialement hésitants à utiliser leur smartphone pour payer en magasin, les consommateurs se laissent de plus en plus séduire par le paiement mobile grâce au développement de services à valeur ajoutée (transfert d’argent à des amis/membres de la famille, cartes de fidélité…). Alors qu’émergent de nouvelles expériences de shopping (paiement de l’essence ou du parking directement par notre voiture, débit immédiat de notre compte sur notre smartphone lors de la sortie d’un magasin sans passer par la caisse, shopping en magasin virtuel depuis son salon), il ne fait aucun doute que les paiements mobiles vont très vite devenir omniprésents, comme le sont les paiements sur Internet aujourd’hui. Pour profiter de cette tendance, nous investissons en particulier dans les sociétés de « processing » de paiement comme, par exemple, Square (USA) et Wirecard (Allemagne) qui sont directement exposées à la croissance du volume de transactions digitales.

A moyen terme, la bionique, ou autrement dit la fusion de la biologie et de l’électronique, représente un enjeu majeur alors que la population vieillit et s’expose à un risque croissant de défaillances d’organes et de membres. Point essentiel : nous ne sommes plus dans de la science-fiction aujourd’hui. Les membres bioniques ou encore les exosquelettes sont désormais une réalité et nous n’en sommes qu’au début d’un cycle d’innovations majeures qui devrait donner naissance à de multiples produits nous aidant à contrôler notre santé, à nous soigner et à améliorer notre quotidien. Il faut souligner que les administrations à travers le monde remboursent de plus en plus ce type d’appareils médicaux (encore onéreux), ce qui apparaît comme un facteur décisif dans le développement de ces technologies. Il est en effet plus judicieux de permettre à des gens de pouvoir continuer à travailler (et donc de payer des impôts) que de leur payer des pensions d’invalidité. Nous avons notamment un intérêt marqué pour les « wearables médicaux » qui permettent à des gens souffrant de diabète ou de problèmes cardiaques par exemple de surveiller leur état directement sur leur smartphone. Insulet Corp et Bio Telemetry (Usa) font partie de nos fortes convictions dans ce segment.

Enfin, l’électrification de la société est une lame de fond qui trouve sa source dans le réchauffement climatique et la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Si la recherche d’efficience énergétique passe bien évidemment par le développement des énergies renouvelables, elle recouvre également les problématiques liées au stockage, aux nouveaux réseaux de distribution (« smart grid ») et à des modes de consommation plus responsables (transports et immeubles intelligents). Il y a donc un point d’inflexion sur cette thématique au sens large qui nous conduit à favoriser des valeurs industrielles et technologiques comme Solaredge (Israël, optimisation de panneaux solaires, leader dans les onduleurs photovoltaïques) et Wabtec (USA, technologies de pointe pour l’industrie ferroviaire) pour répondre à ces grands défis qui nous attendent.

 

 

Pour en savoir plus sur nos thématiques 

 

Remove Section

AtonRâ Partners lance un certificat sur le thème des énergies renouvelables   

                             

Article publié sur L'AGEFI - 18/10/2018   

 

Orienté sur la recherche et l’investissement dans le secteur technologique, le gérant AtonRâ propose le certificat «Sustainable Future», orienté vers les énergies renouvelables. Basée à Genève, la société a une masse sous gestion de 650 millions de dollars à travers des certificats et des produits dédiés.

By Matteo Ianni

 

Mais que se passe-t-il donc sur la planète «Technologie»? Il y a une semaine, jour pour jour, le Nasdaq, à forte coloration technologique, accusait son plus fort recul depuis plus de deux ans, perdant 4,08%, à 7 422,05 points. L''indice élargi S&P 500 avait, quant à lui, abandonné...

 

...lire la suite de l'article sur L'AGEFI

Remove Section

La folie des fusions-acquisitions est de retour!

                                 

Lire également l'article sur Investir.ch - 01/11/2017   

 

Actelion rachetée par Johnson & Johnson pour 30 milliards de francs en début d’année, Kite Pharma acquise par Gilead pour 12 milliards de dollars quelques mois plus tard.

2017 marque à l’évidence le retour des grandes manœuvres dans le secteur de la santé après une année 2016 durant laquelle le montant des opérations de fusions-acquisitions avait reculé de 43% selon Dealogic.

A l’origine de cette vigueur retrouvée, une combinaison de facteurs politiques, stratégiques et financiers.

 

L’industrie de la santé retrouve de la sérénité

 

Remove Section

Une visibilité qui s'améliore
 

Remove Section

 

Sur le plan politique d’abord, les pressions sur l’industrie pharmaceutique et plus spécifiquement sur le prix des médicaments, qui avaient animé la campagne présidentielle américaine l’an dernier au travers de commentaires et de tweets ravageurs, ont sensiblement diminué ces derniers trimestres.

Même si un coup d’éclat du Président Trump sur Twitter n’est jamais à exclure, on voit mal comment une administration, qui a les plus grandes difficultés à faire passer sa réforme de la santé depuis de nombreux mois, pourrait imposer une baisse drastique du prix des médicaments.

Dans le même temps, les changements à la tête de la Federal Drug and Food Agency (FDA), la toute puissante agence autorisant la mise sur le marché des médicaments aux Etats-Unis, devraient se traduire par une accélération du processus d’approbation et du rythme de commercialisation de nouveaux médicaments. La FDA a ainsi déjà annoncé un programme accéléré (fast-track) d’approbation et de mise sur le marché en faveur des grands noms de la technologie (Apple, Google, Samsung, Fitbit…) pour leurs appareils digitaux avec des fonctionnalités médicales.

Cerise sur le gâteau, cette initiative de la FDA trouve écho en Chine, deuxième marché pharmaceutique mondial, où le gouvernement vient d’annoncer de nouvelles règles visant à accélérer la sortie de médicaments et appareils médicaux, notamment la possibilité pour les entreprises d’utiliser les tests cliniques réalisés hors de Chine.

Pour résumer la situation, moins de pression sur les prix et plus de produits : l’industrie de la santé retrouve de la sérénité sur ses deux principaux marchés.

 

Remove Section

Evolution des approbations par la FDA

Note: en 2017 approbation depuis le début d’année jusqu’au 28 sept.2017                                                      Source: AtonRâ Partners, FDA.gov

Remove Section

 

La consolidation a tout son sens dans une industrie mature

 

Sur le plan stratégique ensuite, les opérations de fusions-acquisitions apparaissent comme la réponse naturelle aux nombreux défis rencontrés par l’industrie pharmaceutique, à savoir faiblesse de la croissance, la déchéance des brevets des blockbusters et l’augmentation des coûts de recherche et de réglementation.

Quoi de mieux en effet pour une grande entreprise pharmaceutique, biotechnologique ou de technologie médicale que de racheter un acteur spécialisé sur une thérapie innovante ou sur des produits prometteurs afin de dynamiser son profil de croissance ?

Ou encore de se rapprocher d’un autre acteur afin de générer des synergies de coûts et donc d’accélérer sa croissance des bénéfices ?

Les fusions-acquisitions sont bien souvent un moyen efficace de relancer croissance des revenus et de réduire les coûts dans les industries matures : l’industrie de la santé n’échappe pas à la règle.

 

La réforme fiscale américaine est un catalyseur majeur

 

Sur le plan financier enfin, la réforme fiscale américaine devrait inciter les entreprises américaines à rapatrier les montagnes de cash qu’elles détiennent à l’étranger (en échange d’un impôt de 10%) et à en faire usage pour de grandes opérations sur le marché domestique.

Ajoutons à cela des bilans très solides (le ratio dette nette / EBITDA est en moyenne inférieur à 1x) et des taux d’intérêt très faibles et la puissance de feu des grandes sociétés pharmaceutiques, biotechnologiques et de technologie médicale (MedTech) ne laisse aucunement place au doute

 

Remove Section

 Ratios dette nette/ EBITDA

Remove Section

 

A la clé pour ces grands acteurs : une augmentation du sacro-saint BPA (bénéfice par action), une augmentation de leurs multiples de valorisation (liée à l’amélioration du profil de croissance) voire, parfois, les deux en même temps.

Si le paysage est ensoleillé, encore faut-il trouver les meilleurs endroits pour en profiter.

 

Maladies orphelines et technologies médicales au sommet des cibles potentielles

 

De toute évidence, les laboratoires développant des médicaments pour les maladies orphelines devraient figurer au rang des priorités pour les grands groupes pharmaceutiques et biotechnologiques.

En effet, la plupart des développements se font aujourd’hui sur ce segment. D’une part, les progrès de la génétique mettent en lumière un nombre croissant de maladies rares (on s’aperçoit ainsi aujourd’hui qu’il y a plus de 150 formes de cancers) et de personnes touchées. D’autre part, le prix des médicaments 5 à 10 fois supérieur à celui des autres médicaments et l’exclusivité de 7 ans accordée par la FDA pour une indication donnée sont source de profitabilité.

Après le rachat de Kite Pharma par Gilead Sciences, Spark Therapeutics apparaît comme l’une des cibles potentielles dans ce domaine. La société, spécialisée en thérapie génétique et notamment dans le traitement d’un gène responsable d’une forme rare de cécité (à travers son remplacement), devrait recevoir l’approbation de la FDA en janvier 2018.

La MedTech et l’informatique médicale seront à l’évidence l’autre grand théâtre d’opérations de fusions-acquisitions, alors que ces industries sont sur le point d’être dramatiquement bouleversées par les géants de la technologie.

Un développement dans le secteur de la santé aurait beaucoup de sens pour des sociétés comme Apple et Google (pour ne citer qu’elles), qui pourraient trouver un moyen de renforcer la relation avec leurs clients/utilisateurs via la vente d’appareils (smartphones, montres, lunettes) avec des fonctionnalités médicales. De plus, l’industrie de la santé est gigantesque et représente donc un relais de croissance puissant pour les années à venir.

Un tel développement est possible de nos jours car les diverses technologies et la biologie convergent. Quelques exemples récents incluent les capteurs développés par Apple pour mesurer le niveau de glucose des diabétiques, les lentilles intelligentes de Google pour corriger la presbytie ou encore les implants crâniens d’Elon Musk (Tesla) et de Facebook destinés à soigner les maladies dégénératives du cerveau (telles que Parkinson) et permettre au cerveau de communiquer avec des machines…

Selon nous, les grands noms de la technologie pourraient ainsi être amenés à acheter des acteurs spécialisés, notamment dans le domaine des objets connectés (télémétrie cardiaque, mesure du glucose, injection d’insuline…) ces prochains trimestres.

Avec des primes d’acquisition qui se situent en général entre 40% et 100%, la thématique des fusions-acquisitions dans le secteur pharmaceutique est des plus prometteuses.

 

Pour en savoir plus sur la thématique Healthcare M&A:

 

Remove Section

Des cartes graphiques aux hommes bioniques, la technologie entre dans une nouvelle ère
Article publié sur LeTemps.ch
- 24/09/2017  

 

Longtemps abonné aux phases de «boom & bust», le secteur technologique est devenu mature. Les acteurs qui vont en profiter et ceux à éviter, analysés par un investisseur genevois très orienté sur la recherche.

 

Une bulle? Quelle bulle? «La technologie n’est plus un secteur cyclique, nous nous trouvons à un point d’inflexion qui ouvre sur une période de croissance structurelle durable», lance Stefano Rodella, un gérant genevois spécialisé dans les investissements thématiques. Sa société AtonRâ s’est fait remarquer pour ses performances, son produit sur l’intelligence artificielle et la robotique a ainsi gagné 85% depuis octobre 2016, ce qui représente une surperformance de quelque 60% par rapport au Nasdaq ou au MSCI World. Avec 250 millions de francs sous gestion, AtonRâ a une approche fondée sur la recherche – son métier d’origine – et l’analyse avec un biais industriel. Sa thèse: le contenu technologique dans tous les secteurs d’activité va progresser, tandis que les barrières à l’entrée vont sans cesse être relevées.

A la base de ce scénario se trouvent l’augmentation de la puissance de calcul, obtenue grâce aux cartes graphiques de nouvelle génération, et l’expansion du stockage à distance (cloud). «Les cartes graphiques constituent une sorte d’entonnoir, le passage obligé pour l’intelligence artificielle et tous les développements technologiques qui en découlent», résume Stefano Rodella, qui collabore avec trois doctorants afin de «comprendre les bases» de ce nouveau monde technologique.

 

Explosion des cartes graphiques
 

En conséquence, AtonRâ a investi dans les deux principaux producteurs de cartes graphiques au monde, Nvidia et AMD. Deux titres multipliés par environ 8 et 7 respectivement en deux ans. Toujours dans le «hardware», des fabricants de semi-conducteurs bénéficient de l’expansion de l’internet des objets à travers la fourniture de capteurs. «Historiquement très cyclique, ce secteur affiche maintenant des cycles plus longs grâce à l’innovation et à de multiples relais de croissance», précise Brice Mari, portfolio manager chez AtonRâ.

Autre domaine favorisé par les nouvelles technologies: le paiement mobile. Sa croissance est jouée à travers les sociétés qui effectuent le back-office des transactions électroniques effectuées par carte et, de plus en plus, via smartphone. Des acteurs comme le français Worldline, l’allemand Wirecard ou l’américain Global Payments remplissent le rôle de «tuyau entre le terminal de paiement et la société émettrice de carte», résume le spécialiste.

Les fintech constituent le troisième pôle de croissance auquel croit AtonRâ. Parmi les sociétés technologiques actives dans la finance, les fournisseurs de logiciels bancaires comme Temenos et de nombreux acteurs américains fournissent des outils aux nombreuses plateformes de banques en ligne qui émergent. «Ces spécialistes des softwares ne seront pas «disruptés» à court terme, mais à un horizon plus lointain, certainement», tempère Stefano Rodella.

 

L’homme bionique existe déjà
 

AtonRâ a également lancé un certificat (la société ne gère pas de fonds pour le moment) sur le thème de la santé, mais toujours avec une composante technologique. «Dans la medtech ou la biotech, des produits qui semblaient futuristes il y a cinq ou dix ans sont devenus des réalités, poursuit le gérant. La bionique, qui réunit la biologie et l’électronique, prend plusieurs formes, à commencer par les membres artificiels.»...

 

... Lire la suite sur LeTemps.ch